Organiser l’avenir de l’entreprise

Le rôle du chef d’entreprise et des managers d’équipes dans les entreprises de taille critique est certes de gérer le quotidien… Mais aussi et surtout de se projeter dans l’avenir. En effet, pour pérenniser et sécuriser l’emploi et l’économie d’une entreprise, il est indispensable d’avoir une vision à moyen et long terme. C’est pourquoi il arrive régulièrement que les cadres et dirigeants aient la tête occupée à ce qu’il se passera dans deux, cinq ou même dix ans.

La répartition des responsabilités dans l’entreprise

Si les employés et ouvriers sont ceux qui produisent la richesse à un instant T et qui permettent à l’entreprise de générer des profits au présent… Les cadres et dirigeants sont ceux qui préparent l’avenir et permettent à toute l’entreprise de continuer de perdurer dans les mois et les années futures. Si possible, plus que de simplement maintenir à flot l’activité, les dirigeants ont l’objectif de faire grossir la société et les profits. Pour cela, ils passent notamment par la GPEC, la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. L’idée derrière cet acronyme est de permettre aux décideurs d’organiser les forces en présence et d’anticiper le besoin de formation ou recrutement afin de répondre aux problématiques de demain. Ainsi, les travailleurs du quotidien seront au courant et conscient des évolutions de l’entreprise et de l’activité dans les prochaines années et pourront se positionner sur de nouveaux postes ou se former dans le but de correspondre aux nouveaux enjeux de l’entreprise. En effet, là est bien le but d’une entreprise efficace et pérenne : la capacité à s’adapter, à être flexible et agile. Dans un monde mondialisé et hyper concurrentiel où les marchés évoluent en permanence, les entreprises qui survivront pendant des années seront celles qui auront réussi l’exploit de s’adapter et se réinventer. Là est la responsabilité des cadres et des dirigeants : assurer du travail pour l’ensemble des collaborateurs dans les mois et années à venir. En échange de cet investissement sur l’avenir, la responsabilité des forces vives de production, employés et ouvriers, est de respecter les projections de production, la qualité et la quantité.

L’internationalisation des entreprises françaises

Les industries et les entreprises françaises en général ont tout intérêt de se tourner vers l’international à l’avenir, si toutefois ce n’est pas déjà le cas. En effet, la croissance et la richesse vont se chercher au-delà des frontières de l’hexagone et même au-delà de l’Europe, où le savoir-faire Français et la qualité des compétences et des produits ou services finis sont appréciés et demandés. Dans de nombreux secteurs d’activités, la France a un avantage concurrentiel significatif. Parfois au niveau des tarifs, même si avouons-le c’est assez rare, car c’est surtout au niveau de la qualité et de la fiabilité que la France se démarque. De temps en temps, c’est tout simplement une niche d’activité qui n’est maitrisé que par une société française, qui aura au préalable investi pendant plusieurs années en recherche et développement pour gagner cette place de référent mondial sur son secteur. L’international est donc l’avenir des entreprises en France.  

Partager l'article

Facebook
Twitter
Pinterest

Autres articles